Depuis le 20 mars, le gouvernement a suspendu les vols internationaux à destination de la Nouvelle-Calédonie. Un plan de rapatriement des résidents bloqués à l’extérieur a débuté le 3 avril en étroite collaboration avec Aircalin.


1 167 personnes sont déjà revenues en Nouvelle-Calédonie
. Environ 1 300 personnes sont actuellement en attente de rapatriement.

Vols de rapatriement affrétés par Aircalin

Vols en provenance de la région Pacifique

  • Mardi 5 mai : vol en provenance de Sydney
  • Jeudi 7 mai : vol en provenance d’Auckland
  • Jeudi 7 mai : vol en provenance de Wallis-et-Futuna
  • Vendredi 8 mai : vol en provenance de Port-Vila

Vols en provenance de Paris via Tokyo

  • Mardi 12 mai
  • Vendredi 15 mai

Se signaler et s’informer

Les résidents en Nouvelle-Calédonie qui souhaitent revenir sur le territoire peuvent en cas d’urgence uniquement :

  • Remplir le formulaire de signalement ou envoyer une demande sur [email protected]
  • Si vous êtes à l’étranger, contactez le +687 207 714 (8 h – 18 h, du lundi au vendredi). Prenez également contact avec l’ambassade de France de votre zone : diplomatie.gouv.fr
  • Si vous êtes en Métropole, contactez la Maison de la Nouvelle-Calédonie : 01 42 86 70 00.
  • Si vous êtes en Nouvelle-Calédonie, contactez le numéro vert 05 05 05 (8 h – 18 h, du lundi au vendredi).
  • Les étudiants et lycéens calédoniens actuellement en Métropole sont également invités à remplir le questionnaire de recensement initié par le ministère des Outre-mer.

Vols en provenance de la région Pacifique

  • Mardi 5 mai : vol en provenance de Sydney
  • Jeudi  7 mai : vol en provenance d’Auckland (sous réserve de l’accord des autorités néozélandaises)
  • Vendredi 8 mai : vol en provenance de Port-Vila

Vols en provenance de Paris via Tokyo

  • Mardi 12 mai
  • Vendredi 15 mai
Il est demandé aux familles et aux proches de ne pas se déplacer à l’aéroport international de La Tontouta pour y accueillir les passagers, les contacts ne sont pas autorisés. Des navettes sont affrétées pour véhiculer ces personnes vers les hôtels afin qu’elles puissent y effectuer leur quatorzaine.
  • Le gouvernement a mis en place une aide financière exceptionnelle destinée à compenser une partie des frais d’hébergement et d’alimentation courante des résidents calédoniens qui se trouvent encore dans l’incapacité de regagner la Nouvelle-Calédonie suite à la suspension des vols internationaux intervenue vendredi 20 mars à 23 h 59. Pour en bénéficier, un formulaire de demande est disponible ci-dessous :
  • Les aides éventuellement versées par les provinces et la Maison de la Nouvelle-Calédonie et portant sur le même objet seront déduites du montant de l’aide accordée.
  • Pour être éligible à cette aide, les ressortissants doivent remplir les conditions suivantes :
    – avoir leur résidence principale depuis plus de six mois en Nouvelle-Calédonie,
    – être détenteur d’un billet d’avion de retour en Nouvelle-Calédonie émis par la compagnie aérienne avant le 20 mars 2020, pour un retour au plus tard le 31 mai 2020,
    – ne pas bénéficier de la gratuité de l’hébergement dans le pays ou territoire de séjour,
    – appartenir à un foyer fiscal dont le revenu brut global de l’année d’imposition 2019 est plafonné.
  • Le montant de l’aide s’établit par jour passé à l’extérieur du territoire à compter du lendemain de la date initiale de retour prévu en Nouvelle-Calédonie :
    – pour une personne seule à 7 000 francs par jour,
    – pour un couple à 10 500 francs par jour,
    – une majoration de 1 750 francs par enfant et par jour est appliquée.
  • Les Calédoniens qui se trouvent actuellement bloqués en France bénéficient de mesures d’urgences mises en œuvre par la Maison de la Nouvelle-Calédonie, notamment pour ceux qui rencontrent de très grandes difficultés (enfants en bas âge, logement, ressources financières, isolement).
  • Les personnes concernées par les vols de rapatriement sont contactées au moins 48 heures avant le vol de rapatriement.
  • Le retour des résidents calédoniens se fait en fonction de plusieurs critères de priorité :
    – les personnes ayant des problèmes de santé (antécédents médicaux notamment),
    – le personnel médical,
    – les personnes connaissant des difficultés financières avancées,
    – les familles avec enfant(s).
La Nouvelle-Calédonie n’est pas seule décisionnaire concernant l’affrètement des vols internationaux. Certains pays ont des règles de rapatriement très strictes.
Le rythme des vols dépend également des capacités d’accueil hospitalières et des capacités d’accueil en quatorzaine dans les hôtels réquisitionnés par le gouvernement.

Le plan de rapatriement fait l’objet de mesures sanitaires renforcées. Sur la base des recommandations de la DASS, les personnes rapatriées sont soumises à des mesures de contrôle à toutes les étapes de leur trajet :

  • Les personnes inscrites sur les listes des passagers qui souhaitent être rapatriées en Nouvelle-Calédonie sont soumises à un questionnaire médical et doivent, deux fois par jour, transmettre à la DASS des informations sur leur état de santé (température, symptômes grippaux).
  • Avant d’embarquer : les informations sanitaires communiquées par les passagers sont contrôlées par un médecin. Chaque passager reçoit un kit avec des masques et du gel hydroalcoolique en quantité suffisante en fonction de la durée du vol.
  • Pendant le vol : les avions sont remplis à la moitié de leur capacité pour que les passagers puissent être suffisamment espacés.
  • À l’arrivée à La Tontouta : les passagers sont examinés par un médecin. En fonction des résultats, ils sont dirigés soit vers le Médipôle pour ceux qui auraient développés des symptômes, soit vers un hôtel pour y observer une quatorzaine. Les personnes en quatorzaine sont rigoureusement contrôlées deux fois par jour. Les chambres d’hôtels dédiées à la quatorzaine sont régulièrement désinfectées, de même que l’aérogare de La Tontouta et les avions.
  • À l’issue de leur quatorzaine dans les hôtels, toutes les personnes sont soumises à un test de dépistage du Covid-19. S’il s’avère négatif, les personne sont autorisées à regagner leur domicile.
  • Elles sont alors soumises à une semaine de confinement strict à domicile, soit un confinement renforcé d’une durée totale de 21 jours au cours desquels tout déplacement – hors de l’hôtel, puis hors du lieu de résidence – est interdit.
  • La semaine de confinement strict à domicile fait l’objet de contrôles réguliers de la part des autorités sanitaires (appels téléphoniques quotidiens) et des forces de l’ordre (contrôle de la présence des personnes à leur domicile). Des règles essentielles (voir onglet ci-dessous) doivent être observées pendant cette période de 21 jours.

Pour en savoir plus sur la quatorzaine dans les hôtels :

1. Aucune sortie du lieu de confinement (hôtel réquisitionné, puis domicile) n’est autorisée, sauf pour raisons médicales (RDV chez le médecin).

2. Règles d’hygiène à suivre :

  • Lavez-vous les mains plusieurs fois par jour, à l’eau et au savon ou avec une solution hydro alcoolique
  • Eternuez et toussez dans votre coude
  • Respectez une distance d’au moins un mètre avec toute personne
  • Ne serrez pas les mains
  • N’embrassez personne
  • Ne partagez pas votre linge (serviettes de toilette, habits, etc.)
  • Mangez à des moments séparés des autres personnes
  • Installez-vous seul dans une chambre séparée et utilisez des sanitaires séparés

3. Surveillance de l’état de santé :

  • Un suivi médical rapproché quotidien est assuré dans les hôtels.
  • Les personnes en confirmenent strict à domicile doivent renseigner quotidiennement leur température et l’apparition éventuelle de symptômes, sur la plateforme interactive mise à leur disposition.

Les personnes qui partagent le lieu de vie d’une personne en confirmenent à domicile :

  • Sont libres de sortir du domicile.
  • Doivent respecter les règles d’hygiène et de distanciation au domicile (manger séparémment, ne pas s’embrasser, etc.).
Le non-respect de ces mesures est passible d’une amende de 90 000 francs par infraction
Des contrôles sont mis en place.

Pour en savoir plus sur la quatorzaine dans les hôtels :

  • Environ 600 chambres ont été réquisitionnées spécialement pour accueillir les ressortissants calédoniens. Cette capacité d’accueil est déterminante pour accueillir les résidents qui souhaitent être rapatriés.
  • Les personnes en quatorzaine dans les hôtels peuvent dorénavant bénéficier d’un programme d’animations qui leur permet d’améliorer leurs conditions de séjour (concert organisé dans les jardins et visible depuis les fenêtres, achats de livres et dons du fond de la bibliothèque Bernheim, ouverture de pages Facebook privées et dédiées pour chaque hôtel, programme de promenades dans le respect des protocoles validés par la DASS, mise à disposition de kits de jeux pour les enfants, etc.). De généreux donateurs ont également livré des œufs en chocolat et du miel.
  • Les personnes en quatorzaine peuvent percevoir une indemnité de compensation. Le montant de cette indemnité, qui sera pris en charge par le fonds de compensation en santé publique, sera de 70 % de la perte de salaire ou de revenus. Les modalités de calcul de l’indemnité renvoient aux règles des indemnités journalières du Ruamm.

Une cellule de soutien psychologique est mise en place pour aider les résidents calédoniens en attente de rapatriement, ainsi que leurs familles :

  • si vous êtes à l’étranger, contactez le +687 25 52 32 (9 h – 21 h, sur 7 jours 7),
  • si vous êtes en Nouvelle-Calédonie, contactez le numéro vert 05 01 11 (8 h – 21 h, 7 jours sur 7).

  • Les non-résidents qui se trouvent actuellement en Nouvelle-Calédonie et qui souhaitent quitter le territoire sont invités à se rendre sur le site site internet de la compagnie aérienne Aircalin site d’Aircalin pour s’informer sur le programme des vols au départ de La Tontouta.
  • Les ressortissants métropolitains situés dans la zone Pacifique peuvent transiter par la Nouvelle-Calédonie pour rejoindre la Métropole.